7 Juillet 2015

Pourquoi se forcer, nos hommes travaillent tellement bien.

Je suis en vacances et je viens d'apprendre que mon estimé collègue, Sam Hamad, a nommé sept hommes d'affaires au Carnaval de Québec. Ainsi, la tradition est respectée, le Carnaval redevient une affaire de gars.

Après tout, pourquoi se forcer, nos hommes travaillent tellement bien. Nous, les femmes, de toute façon, nous sommes les reines du Carnaval, pourquoi se fatiguer avec des tâches éreintantes comme la bonne gestion.

Je tiens à féliciter le ministre d'avoir su ramener les choses dans l'ordre. Ainsi, les duchesses feront du bénévolat dans les quartiers, amasseront du financement pour promouvoir le Carnaval et pendant ce temps, les hommes d'affaires seront aux commandes.

Me vient tout à coup une chanson d'une compagnie de théâtre dont j'ai fait partie, les Folles Alliées, qui faisaient dire ceci aux gérants du Carnaval: nous autres, on l'a l'affaire, nous autres on connaît ça, pour distraire la population, on est champions de promotion.

Je tiens à spécifier que je reconnais les qualités personnelles de chacun des individus nommé par le ministre. Ceci dit, la responsabilité de la composition du conseil d'administration revient à Sam Hamad.
On connaît le peu de place faite aux femmes dans le cabinet de Philippe Couillard. Sam Hamad a bien compris le message de son patron.