Biographie

Engagée depuis vingt ans auprès d’organismes de développement économique, social, culturel et communautaire de la région de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais est une femme de terrain, une politicienne à l’écoute de ses concitoyens et concitoyennes, une gestionnaire chevronnée.

Elle a d’ailleurs compris très jeune l’importance de l’engagement politique. Originaire de Sault-aux-Moutons sur la Côte Nord, elle est la neuvième d'une famille de dix enfants. Ses parents étaient tous deux très actifs dans les milieux politiques municipaux et régionaux. Sa mère fut d’ailleurs la première femme préfet d'une MRC au Québec.

« Je me suis engagée politiquement parce que je désirais influencer le cours de ma société. Luttes féministes, luttes écologistes, luttes urbaines ou luttes souverainistes, toute ma vie est guidée par cette volonté de faire avancer des idées. »

Au milieu des années 70, Agnès Maltais est déjà active au sein d’organismes tels que le Comité d’action politique du Cégep de Sainte-Foy et le Mouvement d’action populaire de Limoilou. À la fin des années 80, elle est élue présidente de l’exécutif du Rassemblement populaire du quartier Saint-Jean-Baptiste. De 1980 à 1998, elle sera membre d'une des premières ccopératives d'habitation de Québec, la coopérative Saint-Gabriel.

Les années 80 et 90 sont marquées par son engagement dans le milieu culturel en tant qu’auteure, metteure en scène, comédienne puis gestionnaire. Agnès Maltais a oeuvré pendant près de quinze ans dans le milieu théâtral, sur scène avec Les Folles alliées puis, à titre de directrice générale aux théâtres Périscope et de la Bordée. Sa contribution aux textes de l'humoriste Marie-Lise Pilote lui vaudra un Félix.

Femme d’engagement et de vision, elle s’est impliquée au Conseil québécois du théâtre, au comité de direction du Conseil régional de concertation et de développement de la région de Québec, de même qu’au Conseil de la culture de la région Québec/Chaudières-Appalaches à titre de présidente.

Sa connaissance de la région et ses états de service la conduisent en 1997 à la présidence du conseil d’administration de la Régie de la santé et des services sociaux de Québec. Puis, en 1998, alors qu’elle participe activement au Comité Québec-Capitale, elle décide de faire le saut en politique active.

« J’avais envie d’être au service du Québec et de son peuple. J'aime ce territoire immense, sa diversité de climats, de paysages et la chaleur et la bonté des gens qui y vivent. J'avais envie de leur dire qu'ils sont grands, qu'ils sont beaux, et qu'ils méritent de naître au monde. J’avais envie d’être leur voix, de porter leur parole, chaque fois que je le pourrai, chaque fois que je le devrai. »

C’est ainsi que, le 30 novembre 1998, elle est élue députée du Parti Québécois de la circonscription de Taschereau, située au cœur de la Capitale nationale. Résidente de ce comté depuis 25 ans, elle y est profondément attachée. « J'aime le centre-ville pour la solidarité qui l’anime, pour la diversité des rencontres, pour la fierté des résidents et résidentes, pour la beauté architecturale comme pour la proximité des services. »

On connaît davantage la suite de son parcours. Dès son entrée au sein du gouvernement du Québec, elle est nommée ministre de la Culture et des Communications (1998-2001), puis ministre déléguée à la Santé, aux Services sociaux et à la Protection de la Jeunesse (2001-2002) et enfin ministre déléguée à l’Emploi (2002-2003). Parallèlement à ses fonctions ministérielles, de 1998 à 2003, Agnès Maltais siège au Conseil du trésor et à plusieurs comités ministériels.

Réélue le 14 avril 2003, Agnès Maltais est nommée présidente du caucus de l’opposition officielle, en plus d’être porte-parole du Parti Québécois pour la région de la Capitale nationale de 2003 à aujourd'hui. En 2009, elle est nommée leader adjointe de l'opposition officielle.Depuis septembre 2010, elle est porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé.

« Si je suis toujours en politique, c’est parce que le travail est loin d'être terminé. Il faut du temps pour convaincre, pour rassembler, puis pour agir. Je veillerai à entretenir la flamme de la pensée solidaire et la quête de rêves collectifs. Je suis une batailleuse, certains disent une guerrière. Je continue donc à monter au front pour défendre les intérêts du Québec, de la Capitale nationale et du comté de Taschereau. »

Profil académique

  • Diplôme d’études collégiales, cégep de Sainte-Foy, Québec

Expérience professionnelle

  • Députée de Taschereau depuis 1998
  • Ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale depuis le 19 septembre 2012
  • Ministre du Travail depuis le 19 septembre 2012
  • Ministre responsable de la Condition féminine depuis le 19 septembre 2012
  • Ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et de la région de la Chaudière-Appalaches depuis le 19 septembre 2012
  • Présidente du Comité ministériel de la solidarité depuis le 10 octobre 2012
  • Membre du Comité de législation depuis le 10 octobre 2012
  • Porte-parole de l’opposition officielle pour la région de la Capitale-Nationale (2009-2012)
  • Porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé (2010-2012)
  • Vice-présidente de la Commission des finances publiques (2010-2012)
  • Ministre déléguée à l’Emploi (2002-2003)
  • Ministre déléguée à la Santé, aux Services sociaux et à la Protection de la Jeunesse (2001-2002)
  • Ministre de la Culture et des Communications (1998-2001)
  • Directrice du Théâtre de la Bordée (1996-1998)
  • Directrice générale du Théâtre Périscope (1992-1996)
  • Agente de développement à Vidéo-Femmes (1990) et pour la revue Inter (1991)
  • Auteure, comédienne et administratrice de la troupe de théâtre Les Folles Alliées (1980-1989)

Engagement communautaire et politique

  • Membre du Comité Québec-Capitale (1998)
  • Présidente du conseil d’administration de la Régie de la santé et des services sociaux de Québec (1997-1998)
  • Présidente du Conseil de la culture de la région de Québec/Chaudière-Appalaches (1994-1998)
  • Porte-parole du OUI au référendum de 1995
  • Membre élue du bureau de direction du Conseil régional de concertation et de développement de la région de Québec (CRCD) (1994-1998)
  • Membre élue du conseil d’administration du Conseil québécois du théâtre (1992-1996)
  • Directrice artistique, auteure et metteure en scène des spectacles de la fête nationale (1991 et 1995)
  • Présidente de l’exécutif du Rassemblement populaire du quartier Saint-Jean-Baptiste (1989-1992)
  • Vice-présidente du Comité d’action politique du cégep de Sainte-Foy (1976)