Agnès Maltais

Députée de Taschereau

Agnès Maltais interpelle l’ex-ministre et candidat libéral Sam Hamad
lundi 24 mars, 2014
Facebook
Twitter

Québec, le 24 mars 2014 Agnès Maltais, ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et candidate du Parti Québécois dans Taschereau, interpelle Sam Hamad, candidat libéral dans Louis Hébert, afin de savoir s’il a tenté de convaincre le gouvernement libéral de déclencher une commission d’enquête sur la corruption et la collusion dans l’industrie de la construction.

Rappelons que Michel Matte, député libéral de 2008 à 2012 et candidat dans la circonscription de Portneuf, a révélé hier que le caucus libéral de Jean Charest était divisé sur l’idée de constituer une commission d’enquête sur l’industrie de la construction.

« Est-ce que Sam Hamad s’est rangé du côté de Jean Charest ou a-t-il fait pression pour que cette commission soit déclenchée et que les Québécois connaissent enfin la vérité ? On se souvient que les libéraux ont voté 11 fois en Chambre pour s’opposer à la tenue de la commission. S’est-il levé au caucus pour défendre les intérêts des citoyennes et des citoyens de la région, qui souhaitaient que la lumière soit faite ? Sam Hamad doit rapidement répondre à ces questions », a exigé Agnès Maltais.

Les candidats Sam Hamad, Yves Bolduc, André Drolet, Michel Matte et Patrick Huot étaient députés et ministres sous le gouvernement Charest au moment des 11 votes contre la création de la commission Charbonneau. Aujourd’hui, ils se présentent sous la bannière libérale de Philippe Couillard.

Les Québécois se souviennent que le 13 novembre 2010, lors du conseil général du PLQ, un militant libéral avait demandé un débat sur l’opportunité de tenir une commission d’enquête sur l’industrie de la construction. Sa demande n’avait reçu aucun appui parmi les 600 délégués présents. Tous ces députés, aujourd’hui candidats, étaient présents à ce conseil général. S’ils ne voulaient pas réclamer une commission d’enquête publiquement, le minimum aurait été d’appuyer la demande de discussion au sein de leur instance.

« Philippe Couillard veut former un gouvernement avec une part importante de l’équipe de Jean Charest. Les Québécois ne sont pas dupes. Lorsqu’on demande à Philippe Couillard s’il est à l’aise avec l’héritage de Jean Charest, il évite de répondre. Comment peut-on lui faire confiance pour mettre en place les futures recommandations de la commission Charbonneau? », a conclu Agnès Maltais.

 

Il nous faut les moyens d’agir

Nous avons un plan et l’équipe pour réussir. Aujourd'hui, il est temps de nous donner les moyens d'aller plus loin encore.

 

– 30 –

 

Source :          Parti Québécois

Information :   Benjamin Lacourt

                      Attaché de presse d’Agnès Maltais

À DÉCOUVRIR
Activités régionales